Live de Meryll Ampe – Article Etherreal.com

 

 

Live de Meryll Ampe – Article  Etherreal.com

Article complet

 

Cela fait bien (trop) longtemps que l’on était pas venu aux Instants Chavirés, même si ce ne sont pas les occasions qui manquent. Ce soir c’est Martin Brandlmayr qui nous motive à faire le déplacement et l’envie de découvrir ce duo avec eRikm, tout juste un an après la sortie de leur album Ecotone publié sur la structure russe Mikroton.

En guise d’ouverture, le nom de Meryll Ampe ne nous était pas inconnu. Nous n’en avions pas fait de chronique sur ces pages, mais c’est très certainement lors de la fête de la musique 2014, à la Galerie Area, que nous avions vu la jeune femme pour la première fois dans le cadre d’une collaboration entre le label Tsuku Boshi et les Soirées Dessinées pour 24h de musique et de dessin.
C’est en bas de la scène, au plus près du public que se produit Meryll Ampe, au laptop et machines. Elle commence par des pulsations de basses, des souffles, puis un frétillement nasillard de machines qui s’étend et évolue au fil du temps. Si la musique de la jeune femme se rapproche d’une musique ambient, elle s’en démarque aussi par ses sonorités franches et graves, ainsi que part son jeu rapide, son enchainement incessant de nouvelles idées là où parfois, on aimerait prendre le temps de s’y attarder.
L’ensemble est plutôt abstrait, Meryll Ampe crée des ambiances, elle sculpte généralement les sons, d’où la surprise de la voir produire une ébauche de mélodie sur la fin, à base de tintements rythmiques plutôt bienvenus. Autre surprise, le final tout en douceur, très classique donc, alors que l’on s’attendait, sans trop savoir pourquoi, à une cassure brutale en guise de conclusion. Un très beau moment, en tout cas une expérience sonore que l’on aurait plaisir à renouveler !

Publicités