Akm .. Mmii chronique

AKM « Mmii ep »
> chronique dans ESSMAA

Ré-édition digitale de ce mini-album d’Akm, initialement sorti sur Ritte Ritte Ross.
Substances reptiliennes sucées jusqu’à l’os, voilà une sélection de quelques tracks trachées dans les larsens. Les huit compositions grésillent sur le catalogue de VVM, se frayent un chemin dans les sillons de Mark Fell et d’Autechre. Une écoute intense pour au final découvrir « Viiimmii » mariant vertiges rythmiques et remous expérimentaux, pour un résultat à la hauteur de « Confield ».

C’est un jeu de pin-pong sur les plans d’un espace anéchoïque à reconstruire, qui absorbe les ondes sonores, les déforme, les propulse, les dissèque, les terrasse. « Mmii ep » est un comme un immense espace de surfaces blanches délimités uniquement par des néons qui implosent, clignotent, s’éteignent ou nous éblouissent. Effets vertigineux qui faont fondre les bornes de la pièce où l’on se tient sans repères.

Une exploration en apnée d’un univers abstrait laissant ses déflagrations sonores à peine respirer elle-mêmes. Un langage complexe et bestial, en déconstruisant perpétuellement un univers électronique abstrait et obscur, chargé de cassures rythmiques et d’éclats industriels, Akm s’affranchit de toutes les idées reçues sur la musique électronique en l’attaquant par son versant le plus personnel. Le plus étonnant réside dans sa capacité unique à se renouveler encore et toujours sans que l’inspiration n’en pâtisse, et à construire ainsi un véritable univers au fil des années, de plus en plus détaché de son contexte musical et de ses influences.

Publicités