Mokuhen

Equilibre entre electro-acoustique fragmentée, drones abstraits, voix à peine audibles, noise crépitante. Un train, seul, en regardant par la fenêtre. Une musique tendue d’un bout à l’autre, supposée être la bande son d’un voyage et qui donne à n’importe quel endroit où elle passe une sorte de gravité légère, de folie sourde. Ralentissement éthéré du temps et de l’espace. Par reflet, le portrait fantôme de Mokuhen. Mais sans non plus céder à un sens trop précieux de la nostalgie. Regardant vers le futur tout en ayant des traits évoquant quelques aînés et quelques germes des mouvements actuels.

Morceau du mini album Ryoshuu

Publicités